Le Randonneur

Le coin des livres

Les lectures recommandées par les Amis du Randonneur

Mon top 5 des récits de voyage à bicyclette 2023

Cette année encore, entre les plus de soixante récits de voyage à vélo publiés, le choix n’a pas été facile. D’autant que tous n’ont pas été lus, rendant cette sélection annuelle sûrement incomplète, imparfaite, subjective. Certains textes, déjà présentés dans la revue, auraient également mérité d’y figurer ! Il faut l’accepter, l’objectif de ce Top 5 présent sur le site du Randonneur depuis 2016 étant de proposer de bons moments de lecture, à travers des ouvrages recommandés pour leur qualité, originalité, sensibilité. Laissez-vous séduire et bon voyage à vélo.

Jean-Yves Mounier

Cécile & Cyril Colle

Rouler comme dans un rêve

160 pages, 25 €, Autoédition disponible sur le site dédié

Cinq jours après leur départ, les jeunes marié.e.s lâchent, tout étourdi.e.s par la nouveauté : « Nous n’en revenons toujours pas d’être ici, maintenant, à vélo, tous les deux ». Spontanéité qui aurait pu s’interrompre rapidement, tant les péripéties du voyage à vélo sont parfois rédhibitoires, mais… ils vont pédaler pendant onze mois, visité neuf pays sur trois continents et parcourir plus de 11 000 km. Dès les quatre premières pages de leur ouvrage, Cécile et Cyril offrent à leur lectorat un véritable résumé de ce qu’est le voyage à vélo, ses attentes, ses remises en cause, ses ouvertures vers soi-même et le monde… En interpellant fréquemment lectrices et lecteurs, le couple crée une véritable complicité, agrémentant le propos d’illustrations originales et de réflexions spontanées, signe du bonheur pris lors de ce périple au long cours.

Un grand format, des photos de qualité et un récit captivant, tous les ingrédients sont réunis dans ce livre auto-édité avec grand soin et en font déjà un classique du genre digne de figurer dans toutes les bibliothèques d’amateurs de récit de voyage à vélo.

Rouler comme dans un rêve

Plouheran, à vélo de Bretagne à Téhéran

Isabel Del Real

Plouheran, à vélo de Bretagne à Téhéran

288 pages, 35 €, Autoédition disponible sur le site dédié

Inutile de rechercher Plouheran dans un atlas, vous ne trouveriez pas de lieu ainsi dénommé ! Il s’agit en fait d’un mot-valise, fait de Plouër – accessoirement sur-Rance, petite bourgade nord-bretonne – et de Téhéran, départ et arrivée d’une incroyable épopée à bicyclette pour celle qui se demandait avant de partir : « Que faire sinon aller à vélo à Téhéran, à pied, c’est trop long ». Isabel n’a aucune expérience en la matière, elle ne sait même pas si elle aime le vélo et pour elle, la Bretagne-Sud, c’est déjà l’aventure…

Dans ses sacoches, en plus du matériel habituel et strictement nécessaire, elle emporte carnets, crayons, peintures et pinceaux, elle veut dessiner et vivre au maximum cette aventure dont elle se demande souvent quel en est le sens véritable. Au fil des rencontres, des frayeurs nocturnes, des paysages sublimes ou plus ordinaires, elle va suivre sa route, rencontrer l’amitié et le partage, et donner naissance à un superbe roman graphique tout en noir et blanc, juste agrémenté en sa fin d’un lumineux carnet d’aquarelles, sorte de pendant à des dessins souvent nocturnes et au noir très foncé. Le récit est attachant, et même si Isabel se demande finalement comment évoquer ce qu’elle aime, elle parvient parfaitement à nous entraîner dans ses roues.


Jean-Pierre Poinas

Rome, sous les pierres comme au ciel

160 pages, 18,90 €, Elytis

« De l’errance d’un cycliste correctement déboussolé surgissent des merveilles natives ». Cette errance, Jean-Pierre va l’exercer sur les collines de Rome, allant sans relâche sur son vélo gravel à la rencontre de lieux et de personnages plus ou moins emblématiques de la capitale italienne, au gré des rencontres, des anecdotes, d’un accident même qui va lui permettre de découvrir une autre de ces innombrables églises qu’il prend tant de plaisir à visiter !

Il pourrait s’agir ici d’un habituel guide touristique de la ville mais il n’en est rien ; l’auteur teinte son récit d’une ambiance digne des meilleurs romans policiers, la pimente d’une touche de surnaturel sans négliger pour autant un côté très érudit dans son propos.

Nul besoin d’être un grand connaisseur de la « ville éternelle » pour goûter toute la saveur de ce texte au ton irrévérencieux et humoristique et se régaler de la vision très personnelle portée sur les œuvres picturales et sculpturales, plus charnelles que formelles !

Rome, sous les pierres comme au ciel

Les reliefs éphémères

Matthieu Stelvio

Les reliefs éphémères

156 pages, 9,95 €, BoD

En 2020, j’avais déjà placé Matthieu Stelvio et Les immensités secrètes (156 pages, 8,95 €, Books on Demand) dans mon Top 5, conquis que j’avais été par la qualité du texte et la poésie qui s’en dégageait. Dans ce nouvel ouvrage, le troisième consacré au voyage à vélo, Matthieu délaisse les grandes étendues de Scandinavie et s’en va en « voyage au-delà des neiges andalouses », en route vers Gibraltar. Lui qui pensait autrefois que se projeter dans l’avenir l’empêcherait de profiter de l’instant est maintenant plus serein, plus confiant envers les autres et lui-même et peut jouir de la lenteur et de la douceur qu’offre la bicyclette, hors des modes et de la folie humaine.

Hymne d’amour à l’Auvergne, déception de la Costa Brava, ascension du pico de Veleta et surtout sa descente épique par un sentier, rien ne manque pour rendre la lecture palpitante jusqu’au pays des cigognes. Et, pour l’auteur, se rendre compte que la béatitude tant recherchée n’est nulle part et qu’il est peut-être mieux de « poursuivre des sommets inatteignables », de « tracer un chemin […] , écrire une histoire et rêver de la suivante ».


Tazab

Les Pyrénées de Victor Hugo

128 pages, 25,90 €, Elytis

« Victor a mal aux fesses ». Voici bien un incipit qui mériterait de figurer dans toute anthologie du genre et nous fait entrer clairement dans l’univers très imaginatif de Tazab. Victor, c’est Victor Hugo, la cause de son mal postérieur n’est pas le vélo mais la banquette mal rembourrée de la malle-poste qui le conduit, en 1843, en compagnie de Juliette Drouet son amante, vers Biarritz, pour une traversée des Pyrénées qui le mènera jusqu’à Cauterets.

Cent soixante-dix-neuf ans plus tard, Tazab se lance dans une « épopée cyclo-romantique » sur les traces du grand écrivain, allant jusqu’à prolonger l’aventure jusque sur les bords de la Méditerranée. Pour raconter ce périple, le médecin auvergnat va utiliser tous les styles à sa disposition, qu’ils soient littéraires ou graphiques. Il n’hésite pas à prendre Victor sur son porte-bagages, il lui envoie des cartes postales et s’appuie sur le texte de ses impressions de voyage et du journal de Juliette rédigé sur le vif (regroupé dans Voyage aux Pyrénées, édition de 2014, Cairn) pour faire vivre le sien, l’illustrant de très belle manière avec humour et dérision.

Déjà présenté dans Le Randonneur n° 84, cet ouvrage pas comme les autres est un digne successeur de Dordogne, de la source à l’océan, chroniqué lui aussi dans les pages « Bibliothèque » du Randonneur n° 77.

Les Pyrénées de Victor Hugo

La bibliothèque du Randonneur (N° 84)

Bibliothèque du Randonneur


Dans la bibliothèque du Randonneur n° 84 de janvier 2024 , vous pourrez découvrir :

  • CLOD et Stein van OOSTEREN, 50 bonnes raisons de faire du vélo : comment l’humour et le dessin incitent à la pratique douce de la bicyclette et confortent les pratiquants dans leurs convictions, en persuadant gentiment les autres de s’y mettre, pour découvrir toute la félicité que procure un pédalage générateur de liberté.
  • Clément CHÉROUX, Ruth Orkin, Bike trip, USA, 1939 : comment, dans une démarche novatrice pour l’époque, une jeune photographe met en scène sa petite reine qui devient un élément constitutif du décor, témoignant ainsi de l’incroyable universalité du deux-roues et de sa modernité constante, lui même symbole de l’émancipation de la femme.
  • Florence ARCHIMBAUD et Sylvie MASSART, Yapad’âge : comment, en rénovant deux vieilles bicyclettes hors d’âge, deux cyclo-voyageuses, magnifient la permanence de l’objet et s’en vont à travers un périple régional à la rencontre de personnes elles aussi âgées et refusant de vivre leur vieillesse comme un naufrage, nous offrant ainsi un autre « regard sur la rouille et les rides ».
  • TAZAB, Les Pyrénées de Victor Hugo : comment la littérature génère le voyage à vélo permettant de partir sur les traces historiques des plus grands auteurs et d’offrir au lecteur un nouveau regard, original, décalé et éclectique, sur des terres pourtant moult fois parcourues et racontées.

Vous voulez en savoir plus ? Abonnez-vous et découvrez
les chroniques complètes de ces livres et beaucoup d’autres choses dans les pages du Randonneur.

Jean-Yves MOUNIER

Des Amis du Randonneur publient

La Savoie et l'Isère à bicycle, Voyage d'Adrien de Baroncelli

Adrien de Baroncelli

La Savoie et l’Isère à bicycle,
Voyage d’Adrien de Baroncelli,
d’août à septembre 1871

Édition établie par Jean-Yves Mounier
202360 pagesRéalisation Gilbert Jaccon, http://www.gilbertjac.com/
Disponible auprès de Jean-Yves Mounier jymounier@orange.fr
Prix : 12 € + frais de port

En août 1871, Adrien de Baroncelli, futur auteur de célèbres guides de voyages alors âgé de dix-neuf ans, enfourche Frou-Frou, son fidèle « véloce » et s’en va parcourir en solitaire les routes savoyardes et iséroises.

Répondant à une sollicitation du rédacteur du Vélocipède illustré, il fait parvenir au journal la narration de ce voyage qui sera publiée dans six numéros d’août à octobre 1872. Ce texte est aujourd’hui unanimement considéré comme le premier récit de voyage à bicyclette. Régulièrement cité dans les publications liées à la vélocipédie mais rarement lu in extenso, il n’avait jamais fait l’objet d’une parution en volume, seuls quelques rares collectionneurs l’avaient eu sous les yeux, récemment rejoints par d’autres privilégiés l’ayant retrouvé en ligne sur des sites spécialisés.

Grand amateur de récits de voyage à vélo, il m’est apparu important de mettre à la disposition du plus grand nombre ce texte fondateur dans lequel se retrouvent déjà les principaux éléments constitutifs de tout bon ouvrage du genre : description de la machine, conseils mécaniques, rencontres sur la route, vie quotidienne et paysages et sites croisés.

Complété de notes relatives au panorama vélocipédique des ces années post-guerre contre la Prusse, d’éléments biographiques et bibliographiques et d’illustrations significatives, ce petit ouvrage se veut un modeste apport à la grande histoire de la bicyclette.

Jean-Yves Mounier

La bibliothèque du Randonneur (N° 83)

Bibliothèque du Randonneur


Après la rubrique du numéro 82 entièrement consacrée à l’œuvre cycliste de Paul Fabre,
la bibliothèque du Randonneur retrouve son format habituel.

Dans le n° 83 de septembre 2023, une sélection « spéciale France » dans laquelle vous pourrez découvrir :

  • Matthias DEBUREAUX, Guide mondain des villages de France : partir sur les petites routes de France à la rencontre d’histoires et de personnages oubliés, faire revivre des lieux méconnus à travers ce qui en fait le sel quotidien ; un projet de quatre années à travers l’Hexagone et un livre à ouvrir au hasard des pages pour des surprises et un plaisir garanti !
  • Simon BOURON, Les cyclœnotouristes : partir sur les petites routes de France à la découverte des vignobles du pays, du plus célèbre au plus confidentiel, évoquant les enjeux économiques et écologiques de la viticulture, les ponctuant de souvenirs plus personnels ; un trimestre entier ne sera pas de trop pour mener à bien ce projet original à déguster sans modération.
  • Kevin SIMON, Écolieux  : partir sur les petites routes de France pour découvrir les écolieux et se familiariser avec la permaculture, aller à la rencontre de celles et ceux qui ont choisi un nouveau mode de vie, plus respectueux de la nature et des valeurs humaines ; trois ans pour se conforter dans l’idée qu’un autre avenir est possible et qu’il passera par une mise en pratique quotidienne d’un peu plus de bon sens.
  • Stéphane DUGAST, L’échappée : partir sur les petites routes de France pour la parcourir en « diagonale », hors des sentiers battus et en offrir un visage résolument optimiste et réenchanté, sans en occulter les aspects les plus désenchantés ; convaincu que « le chant du dérailleur apaise et inspire », l’auteur sait convaincre que, là où il n’y a officiellement rien à voir, s’exprime la quintessence du pays et sa vitalité retrouvée.

Vous voulez en savoir plus ? Abonnez-vous et découvrez
les chroniques complètes de ces livres et beaucoup d’autres choses dans les pages du Randonneur.

Jean-Yves MOUNIER

Réédition de Passion de la Randonnée

Abel Lequien

Passion de la randonnée

634 pages – Gilbert Jaccon éditeur – Prix unitaire : 28 € + 10 € port

À la fin de l’année 1999, Abel Lequien compilait dans un recueil de trois cent quatre-vingt-douze pages au format A4 ses « récits de voyages et randonnées cyclotouristiques et pédestres de 1968 à 1999 ». Il a semblé au comité de rédaction du Randonneur que le moment était venu de rééditer cette Passion de la randonnée, depuis longtemps épuisée.

Partant d’un document numérique établi par l’ami Christian Divol, Gilbert Jaccon s’est mis au travail, long, parfois fastidieux mais toujours gratifiant, pour proposer aujourd’hui cette nouvelle version, agrémentée de photos de l’auteur extraites de la brochure Nostalgie parue en 2009 et elle aussi introuvable.

Téléchargez ici le bon de commande.

Abel Lequien - Passion de la randonnée

Hommage à Paul Fabre

Dernier partage

Paul Fabre

Dernier partage

280 pages, 2023, Gilbert Jaccon éditeur, 16 € + frais de port

Dans la rubrique « Bibliothèque » du Randonneur de mai 2023 entièrement consacrée à Paul et à son œuvre littéraire, j’évoquais en introduction Une ivresse continue qui devait être le tout dernier ouvrage de celui qui s’apprêtait à s’en aller le 12 janvier 2023.

Mais Paul ne pouvait pas partir ainsi, il avait encore à dire, à raconter, à inventer, le disque dur de l’ordinateur de Gilbert, son Barbinho, lui servait de coffre-fort sur lequel il veillait soigneusement. Il a ainsi recueilli jusqu’à la fin les écrits de Paul et, avec l’accord et l’aide de ses filles, a entrepris de les publier.

Ce livre posthume, pour lequel il a choisi le titre de Dernier partage, comprend 6 parties :
1- La sagesse buissonnière ou une escapade dans les sentiers de Montaigne
2- Thérapies versifiées « J’aime les sottises et les fariboles… »
3- Regards et réflexions
4- Barques enfuies 61 poèmes
5- Bibliographie complète de Paul Fabre
6- Hommages rendus lors des obsèques.

Si le sujet de ce livre n’est pas le vélo, il y est bien présent, par petites touches fugaces, au hasard d’un poème de Victor Hugo ou d’une réflexion sur les pistes cyclables ou les cyclistes, Paul exerçant là son regard critique sur notre société.

Là n’est certes pas le plus important, ce Dernier partage se veut une ultime plongée dans l’univers d’un être tout à fait à part, terriblement humain, terriblement créatif. Et une invitation à (re)découvrir qui était Paul.

Jean-Yves Mounier

Des Amis du Randonneur publient

Jean-René Farrayre

C’est curieux chez les cyclistes
ce besoin d’écrire des phrases

113 pages, 2022, Éditions Totem, 15 €

À travers ce titre très « audiardesque », détournement d’une célèbre réplique des « Tontons flingueurs », Jean-René s’interroge sur les rapports qu’entretiennent les cyclistes avec l’écriture et la littérature, après avoir découvert, avec une certaine stupéfaction, le nombre impressionnant de publications de tout genre liées à la bicyclette (ou le vélo, il emploie indifféremment les deux termes).

Recherchant d’abord à identifier ceux qui écrivent, « auteurs-cyclistes, cyclistes-auteurs, écrivants ou écrivains, cette dernière distinction faite par Roland Barthes », l’auteur va ensuite survoler l’histoire du cyclisme dans ses liens avec la société, réfléchir sur la « mécanique de l’écriture » avant d’analyser les différents thèmes et genres des écrits.

S’appuyant sur son propre vécu cycliste – « ses rencontres » invitent à les mettre en parallèle avec les siennes – et étayant son propos de nombreuses références – qui donnent envie de lire et d’en savoir plus –, Jean-René nous offre un panorama complet des différents types d’écrits, des motivations des cyclistes écrivains ou des écrivains cyclistes, à moins que ce ne soient simplement que des écrivants…

Un ouvrage à lire avant de s’en aller pédaler… et de le raconter dans les pages du Randonneur !

C'est curieux ... de Jean-René Farrayre

Histoire d'un club cyclotouriste de Christian Lebeau

Christian Lebeau

Amicale Cyclotouriste Caennaise 1952-2022
Histoire d’un club cyclotouriste en Normandie

228 pages, 2022, Amicale Cyclotouriste Caennaise, disponible auprès de l’auteur, 25 € + frais de port

Entre deux relectures assidues des futurs textes à paraître dans notre revue préférée, Christian s’est plongé dans les archives de son club cyclotouriste et en a extrait la substantifique moelle pour publier cette histoire qui devrait ravir quiconque a déjà fait partie d’une structure identique ou a pratiqué le tourisme à bicyclette de longue date.

Exhumant les textes fondateurs et suivant année après année l’activité et l’effectif de l’Amicale, l’auteur retrace en quelque sorte, au niveau local, l’histoire même de la Fédération délégataire, ses hauts, ses bas, ses interrogations, ses atermoiements face aux nouveaux défis à relever, pour arriver de nos jours, avec un nombre très réduit d’adhérents, à se questionner sur l’avenir du club et sa place dans le paysage cyclotouriste actuel.

Très richement illustré, documents officiels, articles de presse, photos des pratiquants, correspondance extérieure, cette brochure nous replonge de manière fort agréable au sein d’un groupe qui a su conserver son identité et l’affirmer haut et fort ; on retrouvera également avec une certaine émotion de signatures bien connues, comme celle d’Abel Lequien, et des souvenirs nostalgiques d’un temps passé, les fameuses sacoches « Sologne », les inusables chaussures « Patrick » ou encore les antiques compteurs kilométriques « Sans fil ».

Un régal….

Jean-Yves Mounier

Mon top 5 des récits de voyage à bicyclette 2022

Hervé Le Cahain a répertorié près d’une soixantaine de récits de voyage publiés en français dans lesquels toutes les destinations, les modèles de bicyclette, les motivations sont présents, le voyage se faisant seul, en couple, en famille ou en groupe plus ou moins informel.
Extraire de ce panel cinq titres a, cette année encore, été un exercice difficile, nombre de récits aurait pu trouver leur place ici (Aurélia Brivet, Nathan Pigourier, Bastien Delesalle, par exemple, auteurs déjà connus des lecteurs de la rubrique « Bibliothèque » ), tous n’ont pas été lus, mais voilà « Choisir, c’est renoncer » pour reprendre la célèbre citation d’André Gide et j’ai choisi…

Cinq récits de voyage que j’ai aimés, qui m’ont fait pédaler avec eux, qui m’ont montré la beauté du monde et de ses habitants. Une sélection subjective et partielle, quitte à vous de partir à la recherche d’autres sensations de lecture, en vous les souhaitant nombreuses et variées.

Jean-Yves Mounier

Micka Berrotaran

À tour de roue

228 pages, 34 €, Éditions Youka, disponible auprès de l’auteur

En 2019, Micka alors âgé de vingt-et-un ans s’envole pour le Pérou, achète Hector sa bicyclette à Lima et s’en va pour six mois pédaler en Amérique du sud, avec la Patagonie comme objectif ultime. Il veut aller à la rencontre du monde, de ses habitants, de ses paysages, il va surtout à la rencontre de lui-même, voulant vivre sa propre vie, partant sans se retourner. Il souhaite également assurer la promotion de l’association ZurekiN qui s’est fixée pour mission d’apporter une aide adaptée à des personnes atteintes de déficience motrice, suite à un accident survenu dans le cadre d’une activité sportive.

Pour réaliser cette autoédition, il s’est assuré le concours d’une artiste graphiste et illustratrice, Clara Lauga, qui va donner vie de belle manière à son récit écrit par petites touches naturalistes et d’une grande sincérité, y ajoutant nombre d’illustrations et photos souvent en pleine page, variant les polices de caractère et leur taille, entre écriture manuscrite et tapuscrite.

L’ensemble est fort réussi, la lecture est fluide et passionnante, un récit de voyage original à déguster sans modération.

A tour de roue de Micka Berrotaran

La Loire en roue libre de Jean-Louis Boudart

Jean-Louis Boudart

La Loire en roue libre

281 pages, 12,90 €, Transboréal

La Loire est sûrement le circuit le plus populaire dans le milieu des cyclo-voyageurs, occasionnels ou au long cours. Tout au long du fleuve, les infrastructures se développent, transformant peu à peu l’itinéraire en véritable autoroute cycliste.

Sur sa Petite Reine, un gravel, tout juste remis d’un cancer, l’auteur s’en va suivre le fleuve des Rois et en explorer les aspects les plus intimes, humains, géographiques, économiques et littéraires, entretenant avec lui une histoire d’amour tendre, cultivée, comme un pied de nez à la maladie qui l’a tellement fait douter. En prenant le temps, en dégustant la lenteur du voyage qui s’impose de plus en plus. « Malgré moi, et sans vraiment m’en rendre compte, je progresse de plus en plus lentement. »

Au-delà d’illustres références, Rabelais, Turner, Balzac, Ronsard, pour n’en citer que quelques-unes, Jean-Louis Boudart n’oublie pas que le fleuve sauvage – à l’exception peut-être de sa rencontre avec l’Océan – est vivant et continue à faire exister sur ses berges nombre d’associations, de particuliers, de personnages aux immenses qualités humaines.

Tout cela nous donne un texte de grande qualité, une revanche sur les aléas de la vie et offre un visage notablement différent du fleuve. « Le secret du bonheur : savoir se satisfaire ».


Malo Le Fur

Cap (au) Nord

69 pages, 10 €, Les Éditions La Belle Terre

Saint-Jacques-de-Compostelle, la Carretera austral ou bien le Cap Nord figurent sans conteste parmi les buts de voyage les plus recherchés par les cyclistes en quête d’aventures, de paysages décoiffants et de rencontres.

Malo Le Fur a choisi, pour cet été 2021, de s’en aller sur les routes scandinaves, à la recherche d’  « une double élévation : l’une physique vers les contrées nordiques, l’autre spirituelle, à la découverte de moi-même. »

Pour notre plus grand plaisir, il va rapporter de ce voyage ce très joli petit livre, alternant courts textes et poèmes, agrémentés de photos en noir et blanc qui traduisent bien les pensées de l’auteur, offrant ainsi une approche originale et sensible d’un voyage à bicyclette des plus classiques, « rencontre du vertical et de l’horizontal » offerte par la Norvège et ses fabuleux paysages.

Une manière originale et poétique d’aborder le récit de voyage à bicyclette qui devrait séduire tout amateur du genre !

Cap (au) Nord de Malo Le Fur

Heureux qui comme Ulysse de Pauline Masson

Pauline Masson

Heureux qui comme Ulysse

334 pages, 22 €, Gilbert Jaccon éditeur

Après une carrière professionnelle bien remplie et une vie familiale aboutie, Pauline se décide à partir seule – parce que c’est plus facile – avec Ulysse, chargé de sacoches, sur les routes du monde.

Ce n’est pas une novice, elle entretient de longue date une histoire d’amour avec ses bicyclettes successives et l’envie de ce voyage ne pouvait que se concrétiser au moment du départ à la retraite, « fête de la fin et du début ».

« Partir pour mieux revenir » mais aussi « aller vers les autres, voir, sentir, humer écouter, comprendre le monde… », sa motivation est énorme, elle aime la vie et va devenir nomade pendant un peu plus d’un an, avant qu’un événement tragique ne la ramène à la réalité et à son domicile. Il lui faudra quinze ans pour aborder de nouveau cet épisode de sa vie et nous livrer ce récit enthousiasmant, chaleureux et, malgré l’adversité, fondamentalement optimiste sur la nature.

Présenté dans Le Randonneur n° 81 de janvier 2023, cet ouvrage joliment et originalement mis en forme – regardez simplement la couverture pour vous en convaincre ! – séduit par sa délicatesse et l’amour qui s’en dégage, un futur classique du genre à n’en pas douter.


Céline Ohnenstetter-Falempin

Une famille à vélo jusqu’en Iran

192 pages, Éditions du Chemin des Crêtes

Deux tendances semblent se dessiner ces dernières années en matière de voyage à vélo : celle de partir seule pour une femme et celle de partir en famille sur les routes du monde. Céline, Manuel et leurs deux filles, Jeanne et Elsa, font partie de ces voyageurs qui n’hésitent pas à tout laisser du train-train quotidien pour aller voir ailleurs de quoi, de qui le monde est fait, offrant aux enfants une ouverture au monde incomparable.

Ce livre ne se veut pas un classique récit de voyage – même s’il en emprunte les codes – ni un guide pratique et touristique, il se veut le témoignage d’une expérience vécue à travers deux voyages familiaux, pour montrer aux futurs parents aventuriers que partir avec sa progéniture n’est pas une vue de l’esprit, ne met pas en péril la santé ou la sécurité des chères têtes blondes, pour peu d’un peu de préparation, d’anticipation et surtout de bons sens.

Bien mis en page et agréablement illustré de photos, cartes et encadrés à visée pédagogique, ce livre à l’écriture fluide qui célèbre les moments heureux et joyeux – sans pour autant occulter les autres – donne forcément envie de partir, en famille… ou en solitaire, homme et femme !

Une famille à vélo jusqu'en Iran de Céline Ohnenstetter-Falempin

La bibliothèque du Randonneur (N° 81)

Bibliothèque du Randonneur


Dans la bibliothèque du Randonneur n° 81 de janvier 2023, vous pourrez découvrir :

  • Frédéric CLOEZ-GIRONE, Petite déclaration d’amour au vélo : aimer le vélo, aimer le voyage, partir sur les routes de France et en revenir pour déclarer sa flamme, avec humour, passion, sans complaisance, un témoignage de la force qui unit la bicyclette à son cycliste.
  • Vladimir VASAK et Angelina MESLEM, Les vélos de Doisneau : aimer les gens, aimer les photographier, les saisir en mouvement, sur ou à côté de leur engin à deux roues, en toute simplicité, un témoignage du quotidien traduisant l’universalité de la relation entre machine et humain.
  • Pauline MASSON, Heureux qui comme Ulysse… : aimer la vie, aimer la liberté, partir vers cet ailleurs, moteur des voyages à vélo et revenir quelqu’un d’autre sans l’avoir voulu, sans pouvoir l’exprimer dans l’immédiateté mais en témoignant haut et fort que « les choses sont belles quand on sait les voir belles ».
  • Alexandre SCHIRATTI, Prendre la route : aimer se tourner vers le passé, aimer raconter, fût-ce le sujet ardu de prime abord, évoquer les pionniers et leurs successeurs les plus actuels, pour témoigner que l’histoire du voyage à vélo s’écrit par petites touches, imbriquées les unes dans les autres, sans prédominance de l’une ou de l’autre.

Vous voulez en savoir plus ? Abonnez-vous et découvrez
les chroniques complètes de ces livres et beaucoup d’autres choses dans les pages du Randonneur.

Jean-Yves MOUNIER

La bibliothèque du Randonneur (N° 80)

Bibliothèque du Randonneur


Dans la bibliothèque du Randonneur n° 80 de septembre 2022, vous pourrez découvrir :

  • Collectif, À plume et à pédales : quand les récits de voyage à bicyclette sont matière à contributions et à une publication pas tout à fait satisfaisante dans son corpus et sa conception du sujet mais qui apporte cependant quelques beaux textes justifiant largement sa lecture, ce serait-ce que par les cautions inaugurale et terminale de Gérard Bastide et Claude Marthaler.
  • Valentin DEUDON, L’intendresse : quand le cycliste devient poète écorché, souffrant, amoureux et entrevoit à travers la pratique de la bicyclette, la présence du bord de l’eau et les lourdes sacoches à ne surtout pas vider, la meilleure parenthèse possible pour aller de l’avant et ne pas oublier la beauté du monde environnant.
  • Guy PENAUD, Moi, Lawrence d’Arabie à la recherche de Richard Cœur de Lion : quand un voyage d’études à bicyclette en 1908 permet à un jeune citoyen britannique, pas encore célèbre sous son nom d’Arabie, de décrire avec humour les mœurs des Français, avec détail les monuments emblématiques visités, avec passion son amour du vélo.
  • Martijn DOOLAARD, Deux ans à vélo : quand le voyage à vélo devient un mode de vie, personnelle et professionnelle, quand il offre l’opportunité de revenir à une certaine simplicité, quand il justifie l’édition d’un beau livre, superbement illustré, bien raconté et méritant de figurer en bonne place dans toute bibliothèque digne de ce nom.

Vous voulez en savoir plus ? Abonnez-vous et découvrez
les chroniques complètes de ces livres et beaucoup d’autres choses dans les pages du Randonneur.

Jean-Yves MOUNIER

Vélocio – Le seigneur des cyclos

Charles de Vivie

Charles De Vivie - Vélocio

Petit-neveu de Paul de Vivie, alias Vélocio, l’auteur nous propose ici de découvrir – ou de redécouvrir – les multiples facettes d’un personnage dont l’aura plane toujours au-dessus de la sphère cyclo-touristique, sans qu’il soit certain que sa vie soit si bien connue que cela.

Portrait d’un homme, d’un chef d’entreprise, d’un visionnaire, d’un philosophe du vélo, ce livre très agréable à lire est construit autour de thèmes emblématiques, dressant une biographie vivante de l’inventeur du mot « cyclotourisme » et restitue, de manière synthétique mais précise, l’itinéraire de vie hors du commun de l’Apôtre, véritable légende dont il convient d’analyser l’oeuvre avant de s’en référer à tort et à travers.

Jusqu’à présent, il y avait à la disposition des passionnés l’extraordinaire et indépassable biographie de notre Ami Raymond Henry « Paul de Vivie, dit Vélocio » – cet ouvrage est encore disponible au Musée d’art et d’industrie de Saint-Étienne – mais il n’est pas certain que la lecture des cinq cent quarante pages de cette somme n’en ait pas rebuté certains qui trouveront ici une excellente porte d’entrée pour découvrir celui que Charles de Vivie considère comme un illustre inconnu ! Pour ensuite revenir vers Raymond…

2022 – 182 pages – Éditions 1881, disponible auprès de l’auteur

Prix : 15 € + frais de port

Jean-Yves MOUNIER

La bibliothèque du Randonneur (N° 79)

Bibliothèque du Randonneur


Dans la bibliothèque du Randonneur n° 79 de mai 2022, vous pourrez découvrir
une sélection spéciale “voyages à vélo” :

  • Agnès PEZEU, La diagonale de l’Europe : du nord de l’Écosse au sud de l’Italie, un voyage en duo pour donner du sens à la notion d’Europe, dans ses aspects culturels, historiques et humains, pour se libérer le corps et l’esprit et confirmer que la pédalée permet d’atteindre un état supérieur de conscience dans lequel « tout devient essentiel et savoureux ».
  • Frédéric ALBERT – Israël PARADA, Tribulations coréennes : au « Pays du matin calme », l’un pédale et l’autre dessine, traduisant, en petites touches très personnelles, sensibles et remplies d’humour, les sensations induites par ce pays qui ne saurait se réduire à la technologie et à un voisin pour le moins encombrant.
  • Antoine LONGIERAS, Les 3 Amériques à l’allure d’un papillon : laisser derrière soi sa « vie de larve » pour aller « butiner l’Amérique », partir de Montréal et s’en descendre en Patagonie avant de s’en retourner par le Brésil et les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, vaste dessein narré ici avec précision et humanité sur une bicyclette « ambassadrice des possibles ».
  • Belén CASTELLO – Tristan BOGGARD, 50 voyages à travers le monde : partir à bicyclette certes, mais où, avec qui, combien de temps, avec quel matériel ? Une multitude de questions qui empêchent parfois de se lancer et pour lesquelles les deux auteurs tentant d’apporter dans ce très beau livre des réponses en s’appuyant sur les témoignages de « cyclo-voyageurs » à travers le monde.

Vous voulez en savoir plus ? Abonnez-vous et découvrez
les chroniques complètes de ces livres et beaucoup d’autres choses dans les pages du Randonneur.

Jean-Yves MOUNIER